HANDICOOL

UN FORUM POUR HANDIS ET VALIDES SANS TABOU
 
AccueilPortailCalendrierFAQGalerieRechercherS'enregistrerConnexionmes images

Partagez | 
 

 Je m'en souviens comme si c'était hier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jackynou
Admin


Nombre de messages : 593
Age : 68
Date d'inscription : 05/03/2008

Feuille de personnage
JEUX DE ROLE:

MessageSujet: Je m'en souviens comme si c'était hier.   Jeu 23 Avr - 11:48

Je m'en souviens comme si c'était hier.

Je me souviens, je me souviens oui je me souviens comme si c'était hier. Il neigeait sur le Sud-Est, c'était en hiver je m'en souviens comme si c'était hier. Je suis parti à 8h du matin pour ne pas te manquer, tu arrivais de ta belle Normandie à 10h en gare de Valence, je m'en souviens comme si c'était hier... C'était notre première rencontre... notre premier passage du virtuel au réel. C'est vrai que pendant des heures, des mois, des années nous avions tout préparé pour mener à bien ce projet... Je m'en souviens... Oui la veille encore on se parlait, on se voyait, on se chamaillait... Et si... Avec des si on peut... Non, et si mon train ne s'arrête pas tu m'avais écrit... et si ma tante... et si je ne me réveille pas... et si je m'endors dans le train ! Sacré Pascal si tu penses à tout ça tu es scié à l'avance... Je m'en souviens comme si c'était hier... Jackinou tu es un enfoiré ! On dit monsieur enfoiré... Une des nuits les plus longues je dois l'avouer et si... il n'est pas dans le train... et si on ne l'aide pas... et si... putain c'est vrai il est sourd et presque muet... Je m'en souviens comme si c'était hier... Je ne quitte pas des yeux l'énorme horloge du hall de la gare qui tourne à petits pas tic, tac, tic, tac. Les voyageurs affluent de part et d'autre dans un brouhaha. Skis, sacs à dos, valises et d'énormes bagages les vacances de noël sont là... Quelle foire ! Moi qui déteste la foule, je me fais tout petit derrière la porte d'entrée... Là au moins je suis certain de ne pas le louper, mais si... ah ! Non tu ne vas recommencer... A l'approche des dix heures je stresse de plus en plus... Le haut parleur hurle : « attention le train... » Impossible d'entendre la fin, c'est la galère... Des voyageurs descendent, d'autres remontent, mais où vont-ils, que font-ils ?... Je regarde une fois, deux fois, dix fois ma montre, rien à l'horizon... Dix heures cinq, dix heures dix, je panique de plus en plus et si... et si personne ne l'a aidé à descendre du train, il est sourd, presque muet et... putain c'est vrai il a de la peine à marcher... Je recherche de l'aide un agent, quelqu'un pour m'éclairer, me renseigner et même me rassurer mais... oui mais comment foncer dans cette foule lorsque nos jambes sont trop fébriles... Je m'en souviens comme si c'était hier, je suis resté dans mon coin... je ne regardais plus cette horloge, je la haïssais et pourtant elle n'y était pour rien... Soudain, un jeune homme vêtu d'une veste bleue et d'une casquette au logo de la SNCF s'approchait de moi...
- Puis-je vous aider monsieur ?...
- Merci mais... j'attendais un ami de Normandie, il... il devait arriver par TGV de 10h... gare de Valence... Personne...
- Le train est bien arrivé à l'heure, vous ne l'avez pas vu ?
- Non... Et puis on devait l'aider à descendre...
- Donnez moi son nom, je vais le faire appeler à l'accueil...
- Inutile monsieur il est sourd...
- Là, c'est la galère... ne bougez pas... Je reviens...
Pff, je m'en souviens comme si c'était hier, j'ai du attendre...attendre qu'il revienne. La foule devenait moins dense, je m'aventurais lentement pour ne pas chuter... Je me... oui je n'avais pas le choix que de me cramponner à chaque pilier, chaque panneau publicitaire, chaque guichet pour enfin arriver devant l'accueil... Il était là, il discutait, rigolait avec une hôtesse, oui je m'en souviens comme si c'était hier, c'était lui avec sa casquette et veste bleue... Alors monsieur, vous l'avez trouvé ? Vous avez des nouvelles ?... Je n'ai pas eu le temps encore... attendez... Non, laissez je vais me débrouiller... continuez de discutez et même de rigoler ce n'est pas grave... Je continuais à chercher désespérément, je n'y croyais plus pour moi le si... devenait réalité, je devais abandonner... je regagnais la porte de sortie quand soudain le haut parleur se mit à hurler « Jérôme, une personne handicapée t'attend sur le quai, merci... Et si c'était lui qu'on avait oublié sur ce quai ? Mon cœur battait de plus en plus fort, de nouveau je me cramponnais aux piliers, panneaux publicitaires pour arriver prêt de l'ascenseur. J'ai du attendre quelques secondes et même minutes puis je m'en souviens comme si c'était hier, la porte s'est ouverte et là j'ai vu pour la première fois, assis dans un fauteuil mon ami Pascal... Que de temps perdu ! On se serrait la main très fort... enfin lui ne pouvait pas... L'agent était pressé d'en découler, peut-être n'avait-il pas fini de boire son café ou de discuter ou bien... avait-il honte de pousser ce fauteuil, c'est possible aussi... Je m'en souviens comme si c'était hier... Pascal me regardait d'un air triste... sans sourire... Je le savais, il ne pouvait pas sourire depuis que les chirurgiens... Je lui tendais un message, « tu as fait bon voyage ? » il hochait la tête, comme ci, comme ça... Pas grave, l'essentiel c'est que tu sois bien arrivé... il n'avait rien compris... Quel con j'oubliais déjà sa surdité, alors je lui tendais un autre message, puis deux, trois... et des centaines, et le contact progressait, avançait au point de devenir presque compatible malgré quelques maladresses passagères mais vite excusées... Puis ce moment tant attendu... cette veillée de Noël, pour la première fois tu rencontrais une grande partie de ma famille... Tous voulaient manger à tes côtés pour te parler, mais tu ne pouvais... pardon je n'avais pas eu le temps de leur expliquer. Tes yeux brillaient de mille feux... j'ai cru que tu pleurais... oui tu pleurais mais sans larme... depuis le jour où les chirurgiens... J'essayais tant bien que mal de te couper ta viande, ton pain... je le savais on en avait parlé, oui je m'en souviens comme si c'était hier... tu m'en avais parlé, expliqué, détaillé de cette souffrance, de cette putain de maladie qui pour tes 19 ans t'a volé l'ouï, la parole, les membres... Depuis ce jour là tu n'as plus entendu le chant des oiseaux, tes chanteurs préférés, tes émissions de télé... Depuis ce jour là, tu as compris la vraie valeur de l'amitié... tu t'es retrouvé seul, isolé... tes copains de la FAC ne te connaissaient plus et pourtant tu les voyais passer chaque jour devant ta chambre d'hôpital... Tu ne pouvais pas crier, les appeler, les siffler... non la vie t'avait tout volé... oui tout et même tes parents disparus trop jeunes... Tu me montrais des photos de ta première voiture rouge, de ton vélo de course, de tes skis... oui tu étais un grand champion... Pourquoi toi ? Pourquoi... Je m'en souviens comme si c'était hier des raclés que tu m'as filés au scrabble, parfois je poussais même l'audace à ouvrir le dico pour vérifier... oui et les points tu les additionnais... Noël et les quinze jours ont passé, oui même trop vite et tu devais regagner ta Normandie. Tu serais bien resté des semaines de plus mais mon boulot m'attendait et tu savais que pour moi ce n'était pas du gâteau... oui tu le savais et tu m'encourageais de toutes tes forces, même si la vie te les avait volées, à ne pas baisser les bras et puis se battre contre l'injustice, contre ces putains de boss... Ce lundi, je t'ai aidé à faire ta valise, nous avions le cœur serré, je t'ai glissé deux bouteilles de vins de chez moi, de l'Hermitage et puis l'heure tournait et à la gare je t'ai raccompagné... Je t'ai glissé le dernier message « ne pas oublier de téléphoner à ton arrivée »... J'ai attendu que l'agent t'installe dans le train pour être sur de ne pas être sur le quai oublié, puis je suis parti... Des images défilaient dans ma tête... on s'était promis d'être amis pour la vie... Je rangeais mon scrabble, peu importe les scores, je le sentais heureux, oui heureux même si il ne pouvait pas le démontrer... la vie lui avait tout volé... La nuit tombait, je restais là à attendre ce coup de téléphone puis des heures... encore des heures et rien. Et si... oui et si... et l'histoire recommençait dans une nuit angoissée... Le matin je suis parti bosser mais les si... revenaient... A midi je me suis connecté et là tu m'as raconté oui raconté comme si c'était hier, que personne n'était venu te chercher à la gare de Rouen et que tu avais du te débrouiller même sans entendre, sans parler à trouver un taxi... Je me souviens, tu en avais gros ce jour là, ta sœur a tout gâché, oui mais tu n'étais guère surpris... Elle t'aimait mais pas ton handicap, oui tu m'en avais parlé et tu en soufrais... Tu continuais ta petite vie dans ton appartement et puis je m'en souviens comme si c'était hier... tu m'avais invité dans ta Normandie, je m'en souviens encore nous n'arrivions pas ouvrir une boite de conserve... Pas grave le lendemain nous mangions chez ton papy... oui quel cordon bleu malgré ces 87 ans ! C'est vrai, tu m'avais tendu un morceau de papier « ne t'inquiète pas il parle sans arrêt » que du bonheur cette rencontre... Nous avions fait un projet d'écrire un, deux ou plusieurs livres, tu adorais ça et quelle plume, quel talent et puis nous n'avons pas eu le temps... Non pas le temps car un matin de 2004 tu ne t'es pas réveillé, tu es parti rejoindre tes parents et ton frère, tu étais trop jeune, je m'en souviens encore comme si c'était hier, j'ai pleuré, j'ai fermé la boite de scrabble et j'ai écrit mon premier livre en te dédicaçant un long passage... Je m'en souviendrais toujours comme si c'était hier.
TEXTE DE JACKY
Revenir en haut Aller en bas
http://handicool.superforum.fr
 
Je m'en souviens comme si c'était hier.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Traduction pour tatouage svp
» Et entendre ton rire comme on entend la mer s'arrêter, repartir , en arrière... ? Moroë
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» ça ne se passe pas comme je voulais...
» Roch Voisine - Comme j'ai toujours envie d'aimer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICOOL :: DICTONS CITATIONS PROVERBES POEMES & TEXTES : Vos créations ou Coups de coeur-
Sauter vers: