HANDICOOL

UN FORUM POUR HANDIS ET VALIDES SANS TABOU
 
AccueilPortailCalendrierFAQGalerieRechercherS'enregistrerConnexionmes images

Partagez | 
 

 conte Jules le lézard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: conte Jules le lézard   Lun 25 Mai - 16:01

Jules le lézard vit dans un monde ailleurs.
Et alors ? Doit-on pour autant s’inquiéter de son avenir dans la société ?
La réponse de ce conte est « non », car Jules parvient à exercer l’un des plus beaux métiers du monde…

Jules était un lézard distrait, toujours dans les nuages, perdu dans ses pensées. Il était loin des réalités terrestres, son monde à lui était ailleurs, peut-être sur la lune ou dans d’autres galaxies.
Son entourage vivait mal cet éloignement continuel et souvent, ils le bousculaient :
-« Allez Jules, bouge-toi de là, tu ne vois donc pas que tu gênes notre passage ! » dit une fourmi, chef de file d’une rangée impeccablement ordonnée ! »
Jules se déplaça alors, docilement et tranquillement, sans même répondre.
Une autre fois, sa maman lui demanda :
-« Hé Jules, si tu venais m’aider à porter tous ces grains de blé, au lieu de bailler aux corneilles… »
Jules n’entendit pas :
-« Jules, je te parle… ! Hé ! Atterris un peu, et viens donc m’aider ! Ouh ouh ! »
Jules émergea de sa rêverie et répondit :
-« Oui, oui… Bien sûr maman ! »
Ses proches et sa famille étaient quelque peu inquiets.
-« Mais qu’allait-on faire d’un tel lézard ? Comment pourrait-il se débrouiller, seul dans ses rêves ? Il fallait bien travailler, chasser, préparer à manger… Et quelle serait sa place dans la vie de la nature ? »
Ils avaient bien essayé de l’enrôler dans des activités concrètes et utiles, mais franchement, cela n’avait pas été un succès ! Certes, il était conciliant et de bonne volonté, mais sa lenteur extrême et son manque de concentration lui avaient valu quelques soucis.
Imaginez un lézard chargé d’éplucher des légumes que lui envoyait une taupe, mais qui s’y prenait tellement doucement qu’il fut bientôt entièrement recouvert de pommes-de-terre.
La chef-cuisinière le chercha :
-« Jules ? Ju-ules ! Mais ou es-tu passé ? »
Soudain, elle vit une pomme-de-terre rouler du haut de la pile et la tête du lézard sortir timidement de dessous…
-« Oh Jules… Ce n’est pas vrai ! Jamais, je n’ai vu ça ! »
Une autre fois, Scanne le sanglier l’avait utilisé à fabriquer des chemins. Mais Jules, au bout de quelque temps perdit le fil de la direction et réalisa des chemins ronds, en circuit !
-« Nom d’une pipelette ! » s’exclama le sanglier, « mais tu m’as fait des pistes de stade ! Ce n’est pas ce que je t’avais demandé ! Oh Grrrrrohhh ! »
Jules quitta prudemment les lieux et arriva alors dans une cour où plein de petits enfants animaux avec des bandages jouaient. C’était l’hôpital des petits de la nature.
Ceux-ci vinrent le trouver :
-« Bonjour, comment t’appelles-tu ? »
-« Je m’appelles Jules, et vous, que vous est-il arrivé ? »
-« Oh, plein de petits accidents qui nous obligent à séjourner ici… Ce n’est pas très rigolo, on nous fait des piqûres et le reste du temps, on s’ennuie … »
-« Je peux vous offrir des bulles de rêve, si vous le voulez… »
-« C’est vrai ? Mais qu’est-ce qu’on trouve dans ces rêves ? » demanda un bébé araignée avec trois pattes dans le plâtre.
-« Hé bien, ce que l’on a envie… Ce que l’on désire… Des aventures, des découvertes, des mystères… Plein de choses quoi ! Tiens, toi, par exemple, quelle bulle te ferait plaisir ? »
Le bébé araignée réfléchit et dit :
-« Une bulle de forêt, avec plein de lianes, où je pourrai jouer à me balancer à toute vitesse… »
-« Pas de problèmes, voici la bulle verte de la jungle, pleine d’arbres et de lianes… Mais attention aux bêtes sauvages ! »
A ces mots, le bébé araignée ouvrit de grands yeux brillants et un large sourire illumina son visage.
Il mit sur sa tête la bulle verte et passa une merveilleuse journée.
Jules donna ainsi à chacun des enfants plein de jolies bulles et bientôt, une ambiance heureuse et joyeuse régna dans la cour de l’hôpital.
Soledad la jeune mouette à l’aile cassée riait avec sa bulle bleue de ciel au-dessus de la tête, Loulou, le petit lapin à la queue écrasée se régalait de sa bulle orange pleine de carottes, et encore Jenny la souricette borgne goûtait dans sa bulle jaune le plaisir de se rouler sur le sable tout doux.
Voyant cela, Mr Hibou, le directeur de l’hôpital vint trouver Jules et lui dit :
-« C’est merveilleux ce que tu as fait aujourd’hui avec ces enfants ! Si tu veux, tu peux venir tous les jours, je t’embauche… J’en serais ravi … et les enfants aussi ! »
Et voici comment Jules le lézard distrait trouva, à la surprise de tous, le plus beau travail du monde : donner du bonheur aux enfants et s’en épanouir.
Revenir en haut Aller en bas
 
conte Jules le lézard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les petites maisons de Jules GOSSELIN
» Le conte chaud et doux des chaudoudous
» Le Havre - Rue Jules Siegfried
» La Normandie de Jules Janin.
» Jules SIEGFRIED (1837-1922)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICOOL :: DICTONS CITATIONS PROVERBES POEMES & TEXTES : Vos créations ou Coups de coeur-
Sauter vers: