HANDICOOL

UN FORUM POUR HANDIS ET VALIDES SANS TABOU
 
AccueilPortailCalendrierFAQGalerieRechercherS'enregistrerConnexionmes images

Partagez | 
 

 <ON NE JOUE PAS AVEC LA VIE>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: <ON NE JOUE PAS AVEC LA VIE>   Lun 4 Aoû - 15:23

.
Lilian Thuram n'a pas souhaité prendre de risques sur un terrain


Forcément attristé d'annoncer sa retraite, Lilian Thuram ne masquait pas son soulagement d'avoir appris qu'il ne souffrait d'aucune maladie génétique.

Au Parc des Princes

Lilian, pourquoi avoir convoqué la presse ?
Lilian Thuram : La dernière fois que je suis venu ici, c'était pour vous dire que je devais signer au Paris SG et malheureusement, on avait cru trouver quelque chose au niveau du cœur. Il s'est avéré que ce n'est pas le cas. C'est vrai que mon cœur est assez développé et qu'il existe un risque mais je n'ai pas de maladie génétique. J'en ai parlé avec le président Villeneuve et je lui ai expliqué qu'il était difficile pour moi de continuer le football bien que sincèrement, j'aurais souhaité jouer au Paris SG. Beaucoup de choses rentrent en jeu. Ma famille a souhaité que j'arrête. Cela n'aurait pas été intelligent de ma part de faire subir la peur aux personnes qui me sont chères. C'est difficile car je ne m'attendais pas à finir ma carrière comme cela. Je voulais être le nouveau Maldini du Paris SG, cela ne sera pas possible même si le président Charles Villeneuve a tenté de me relancer. J'aurais pu refaire les entraînements mais j'aurais aussi éprouvé de la crainte. Lors du match France 98-Reste du Monde, le médecin m'avait déjà dit que je n'avais rien mais les joueurs me demandaient de ne pas trop en faire. Cela prouve que cela conditionnait tout le monde. La meilleure solution était d'arrêter pour ne pas conditionner tous les joueurs sur le terrain.

Formellement donc, vous pouviez encore jouer au football au haut niveau ?
Lilian Thuram : Pas tout à fait. Les médecins ont constaté que je n'avais pas de maladie génétique mais le cœur est assez épais. Je dois faire des examens complémentaires. Je les ferai beaucoup plus tard. Dans quelques mois on pourra tirer une conclusion lorssque le muscle se sera un peu dégonflé.

On peut imaginer que vous avez eu peur pour votre santé et que ces derniers jours, vous vous êtes rendu compte qu'il y avait des choses plus importantes que le football…
Lilian Thuram : Sincèrement, je sais tout cela depuis très longtemps. Quand on vous apprend que vous êtes malade, vous essayez de prendre du recul et de rester serein. Mais qu'on le veuille ou non, cela reste dans la tête. Je dois avouer que les discussions avec ma maman m'ont faire comprendre que je devais arrêter.

C'est-à-dire ?
Lilian Thuram : J'ai compris que je devais arrêter pour elle. Pour les personnes qui me sont proches et qui m'aiment beaucoup, c'était le moment.

Est-ce qu'il n'y a pas derrière cela un énorme soulagement ?
Lilian Thuram : Oui, c'est la bonne question ! C'est vrai que si j'avais eu cette maladie, cela aurait signifié que mes enfants auraient pu l'avoir. Vous savez, j'étais en vacances aux Antilles dernièrement et une ex-championne junior de la Guadeloupe m'a proposé de faire un sprint. Je n'ai pas pu le faire car inconsciemment je repensais à ce problème au cœur. Je sais maintenant que je pourrai m'amuser et jouer au foot avec mes amis et mes enfants.

En voulez-vous aux différents médecins qui vous ont côtoyé de n'avoir rien décelé ?
Lilian Thuram : Mais il n'y avait rien à détecter ! J'avais peut-être un cœur assez musclé mais avec le temps, ce phénomène a peut-être augmenté. C'était devenu un état critique et nous avons dû réaliser une analyse plus pointue.

Ce sont donc les médecins du Paris SG qui ont précipité votre retraite...
Lilian Thuram : J'aurais préféré que le docteur me dise que je suis apte. Mais en même temps il faut se mettre à sa place. Il a constaté quelque chose. On ne joue pas avec la vie.

Etes-vous en colère quelque part ?
Lilian Thuram : En colère, non. Je suis triste. J'essaie de comprendre les choses. Si j'étais docteur et que j'avais rencontré un joueur avec le cœur assez musclé, j'aurais fait la même chose que lui. Cela fait partie de son travail.

Qu'est ce que vous retiendrez de votre carrière ?
Lilian Thuram : J'espère qu'on retiendra l'image de quelqu'un d'honnête qui a toujours donné le maximum pour le club et son équipe. Mais ce n'est pas à moi de juger.

Quel est votre meilleur souvenir ?
Lilian Thuram : La Coupe du Monde 1998 bien sûr. Les années à l'AS Monaco aussi car j'ai commencé ma carrière là-bas. Et puis il y a les années à Parme car je suis devenu un vrai joueur de foot en Italie.

Le président Escalettes a évoqué votre intégration au Conseil Fédéral, qu'en pensez-vous ?
Lilian Thuram : On en a un peu discuté mais il faut une élection ! Ce n'est pas seulement le président qui décide. Mais si on me fait l'honneur de m'accepter, ce sera avec une grande joie.

Quels sont vos projets concernant votre vie de citoyen ?
Lilian Thuram : C'est vrai qu'en Espagne, il existe une fondation pour l'éducation contre le racisme et j'espère que je pourrai aller dans ce sens là. J'aimerais dans le futur faire un travail autour de ce thème là. Mais il n'y a rien de défini. Je ne pense pas faire de la politique. D'ailleurs, on peut en faire sans adhérer à un parti. Chaque individu devrait en faire car nous faisons tous partie de la société. Et chacun de nous doit avoir une conscience pour savoir dans quelle direction la société doit aller.

Que ressentez-vous aujourd'hui après avoir publiquement annoncé votre retraite ?
Lilian Thuram : De la tristesse. C'est difficile de laisser ce que l'on aime. Le football, c'est ce que j'aime le plus et ce qui m'a donné tout ce que j'ai. J'espère que je serai à la hauteur de ce qui m'attend.

Peut-on imaginer que vous changiez d'avis dans quelques mois ?
Lilian Thuram : Non. Sinon je ne serais pas là aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
 
<ON NE JOUE PAS AVEC LA VIE>
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» zizi
» Mon fils joue avec un poupon!
» Il ne joue jamais
» jouer avec son enfant?
» Brûlures : ne jouez pas avec le feu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HANDICOOL :: HORIZON EVASION PORTRAIT LES GENS SPORTS : On s’oxygène, différents sujets concernant les sports et loisirs-
Sauter vers: